Restauration d’une tourbière

Restauration d’une tourbière sur le plateau des Millevaches, commune de Gentioux-Pigerolles (23)

Une tourbière asséchée

La tourbière a été plantée dans les années 1960 avec des épicéas de Sitka sur le talus de drains multiples et avec des pins sylvestres sur une surface d’environ 5 hectares traversée par les sources pérennes du ruisseau de la Vergne. Le pompage d’eau par les résineux, provoquent l’abaissement de la nappe phréatique. Les travaux de drainage et de rectification des cours d’eau, mutualisés aux plantations et à la fermeture naturelle de la parcelle, ont asséché progressivement la tourbière.

Un contrat territorial pour agir

Dans le cadre du contrat territorial « Sources en action », des travaux ont été réalisés sur une surface d’1,5 ha. Ils visaient à supprimer l’ensemble des alignements d’épicéas et une partie des pins et bouleaux en conservant les arbres de plus haut port, favorables à l’avifaune. La technique du câble mat utilisée a permis de débarder les bois sans recourir à des engins lourds qui détérioreraient ce milieu humide et fragile. On note que quelques jours après l’enlèvement des arbres, l’eau, sur l’ensemble du milieu est à nouveau venue affleurer à la surface de la tourbière. Les effets sur la végétation et la reprise des processus de turbification seront évalués par le Conservatoire d’espaces naturels du Limousin dans le cadre de « Source en action » et ce sur plusieurs années.

Cette opération d’un montant de 26 400 € a bénéficié d’un soutien de 50 % de la part de l’agence de l’eau.

En savoir plus : Olivier Raynard, délégation Poitou-Limousin de l’agence de l’eau Loire-Bretagne, olivier.raynard@eau-loire-bretagne.fr

Photo d'illustration d'une tourbière

Tourbière

mai 2011

© Jean-Louis Aubert

Partager cette page sur :