La baie de Paimpol retrouve une qualité des eaux littorales en améliorant l’assainissement

La communauté d’agglomération Guingamp-Paimpol Armor-Argoat, dans les Côtes d’Armor, a incité et accompagné la mise aux normes des installations d’assainissement non collectif (ANC) défaillantes et des mauvais raccordements au réseau d’assainissement collectif.

Baie de Paimpol, estuaire du Trieux, anse de Bréhec... Ce secteur littoral, très prisé l’été, était sujet à des pollutions par des bactéries fécales issues de rejets d’eaux usées dans l’environnement. Deux épidémies d’hépatite A sont survenues en 1999 et 2007 suite à la consommation d’huîtres contaminées. En plus de la conchyliculture, cette zone est très fréquentée pour la pêche à pied, la baignade, le tourisme et le nautisme.

Pour préserver ces usages, la collectivité a mis en place dès 2012 une politique volontariste et incitative pour accélérer la mise aux normes des assainissements.

La Baie de Paimpol a été définie «  zone à enjeux sanitaires » par arrêté préfectoral en 2013 : cela fixe un cadre réglementaire.  La collectivité a signé une convention avec l’agence de l’eau pour que les particuliers puissent bénéficier d’aides techniques et financières à la réhabilitation de leur installation d’ANC ou de leur branchement d’eaux usées. Cette aide s’élève à 60 % des travaux plafonné à 5 100 € pour l’ANC. La collectivité apporte une aide complémentaire de 20 % du coût des travaux pour les propriétaires occupants aux revenus modestes.

500 installations d’ANC (plus une centaine en cours) et 250 branchements d’assainissements collectifs (plus une cinquantaine en cours) ont aujourd’hui été réhabilitées.

Le programme de réhabilitation des assainissements a atteint un rythme annuel soutenu (environ 200 réhabilitations par an) et sera poursuivi au moins jusqu'à fin 2018.

Ces mesures vont permettre l’amélioration du classement des zones conchylicoles et renforceront l'attractivité et le développement économique de la zone. Cette dynamique a permis de lancer d'autres actions pour la qualité des eaux sur le territoire telles que l'amélioration des pratiques agricoles en zone légumières, la vérification des pratiques portuaires…

Image d'illustration

© Jean-Louis Aubert

Brigitte Le Saulnier, vice-présidente de Guingamp-Paimpol Armor-Argoat agglomération, en charge de l’environnement

« Elus et agents sont très impliqués pour aider les habitants à réhabiliter leurs installations d’assainissement. Sans les aides de l’agence de l’eau, l’objectif fixé ne pourrait être atteint. Aujourd'hui, des propriétaires informés des aides possibles, contactent d'eux-mêmes la collectivité pour monter leur dossier de mise en conformité avant même le contrôle. Une dynamique vertueuse s’est mise en place. »

Préserver la qualité des eaux littorales en améliorant l’assainissement – Guingamp-Paimpol Armor-Argoat agglomération (22)

Vidéo - Préserver la qualité des eaux littorales en améliorant l’assainissement – Guingamp-Paimpol Armor-Argoat agglomération (22)

La communauté d’agglomération Guingamp-Paimpol Armor-Argoat dans les Côtes d’Armor, a incité et accompagné la mise aux normes des installations d’assainissement non collectif (ANC) défaillantes et des mauvais raccordements au réseau d’assainissement collectif. Lauréat des trophées de l'eau Loire-Bretagne 2017

juin 2017

© C tout vu - Agence de l'eau Loire-Bretagne

 

Voix off : « La baie de Paimpol, l’estuaire de Trieux et l’anse de Bréhec composent le territoire de la Communauté d’agglomération GP3A. Ouvert sur la mer, il fait vivre de nombreux ostréiculteurs qui élèvent leurs huitres au rythme des marées. Mais à la suite de deux épisodes de contamination par des bactéries présentes dans les eaux usées, la communauté d’agglomération a dû mettre en place un plan d’action de grande ampleur. »

 

Brigitte LE SAULNIER, vice-présidente de Guingamp-Paimpol Armor-Argoat Agglomération : « Le port de Paimpol, c’est un port où il y a une forte activité conchylicole : dans la baie, il y a 550 hectares de parcs à huitres. En 1999, nous avons eu une première alerte avec l’hépatite A qui a été déclarée par plusieurs personnes, donc une fermeture administrative de la baie, et nous avons eu un deuxième épisode de cette hépatite A en 2007. Nous avons décidé à l’Agglomération de Paimpol-Goëlo, en 2008, de travailler sur la qualité des eaux de la baie. Communiquer au niveau de la population, d’une part, mais surtout nous avons fait des groupes de travail et travaillé avec tous les partenaires économiques du secteur. Nous savions qu’il y avait beaucoup d’assainissements collectifs et non collectifs qui n’étaient pas conformes, donc on a incité la population avec des gros moyens. Des moyens techniques, des moyens logistiques, mais également des aides, que nous avons mis en partenariat avec l’Agence de l’eau, pour que les personnes puissent réhabiliter leurs assainissements et qu’ils soient conformes. »

 

Véronique DUGAUQUIER, habitante de Paimpol

Suite à une visite de contrôle, j’ai dû mettre aux normes les sorties d’eau qui n’étaient pas correctes à la cave. C’est la communauté de communes qui a géré avec l’agence de l’eau.

 

Didier Le PEURIAN, contrôleur de branchements d’assainissement

« Je créé une chasse, je mets du colorant. Là, vous voyez le colorant, il est bien vert donc ça veut dire que le point d’eau est bien raccordé à l’assainissement collectif. »

« J’injecte de la fumée dans le circuit d’assainissement afin de vérifier si les gouttières ne sont pas branchées sur l’assainissement collectif. »

 

André ARIN, ostréiculteur : « Alors nous sommes plus de 100 ostréiculteurs à exploiter des concessions en baie de Paimpol. Malheureusement, nous avons eu deux grosses crises qui ont entrainé une fermeture et une interdiction de commercialisation. Il y a eu une prise de conscience de la part de la Communauté de communes. J’espère que ces travaux pourront nous amener à reconquérir une qualité d’eau parfaite. »

 

Hervé CORTEYN, responsable du pôle eau et assainissement de l’Agglomération : « Il y a plus de 500 installations d’assainissement individuel qui ont été réhabilitées. L’objectif du programme est d’atteindre 1000 installations réhabilitées d’ici à fin 2018 et, en parallèle, les mises aux normes des assainissements collectifs, suite aux contrôles, sont également en œuvre. Et on est à environ plus de 250 branchements d’assainissement qui ont été mis en conformité depuis le démarrage du programme. L’Agence Régionale de la Santé, l’ARS, met en évidence les améliorations de la qualité de nos eaux de baignade et de nos eaux littorales. »

Partager cette page sur :