Étendre la réserve des landes de Kercadoret

Bretagne vivante souhaite étendre la réserve associative des landes de Kercadoret à Locqmariaquer dans le Morbihan (56). Objectif : préserver l'habitat de papillons rares comme l'Azuré des mouillères, inféodé aux milieux humides. Une proposition retenue par l'agence de l'eau Loire-Bretagne suite à l'appel à projets 2019 pour l'accompagnement des plans nationaux en faveur des espèces menacées.

Azuré des Mouillères

Photo d'Azuré
Agrandir l'image Azuré des Mouillères dans une nouvelle fenêtre

Sur la photo de droite, l'Azuré des mouillères sur une gentiane pneumonanthe sur laquelle il a déposé ses œufs

© Bretagne Vivante

Des landes à préserver

En Bretagne, les landes de Kercadoret sont une des quatre dernières stations où le papillon "Azuré des mouillères" est présent. La station actuelle est peu étendue ce qui risque à terme d’être défavorable à sa survie.

Bretagne vivante souhaite agrandir la réserve actuelle pour protéger l'habitat naturel de ce papillon rare. Par la maîtrise foncière, elle pourra gérer durablement les terrains pour faciliter son développement comme le préconise le plan national d’action pour protéger ce papillon.

Les landes en périphérie de la réserve actuelle sont victimes du boisement spontané de pins maritimes. Cet enrésinement stoppe le retour de landes mésophiles à gentianes pneumonanthes propices à ce papillon. L’azuré des mouillères pond uniquement sur les pieds de gentianes. Les œufs sont ensuite élevés par des fourmis au cœur de la fourmilière. C’est pourquoi, il s’avère important de préserver cette zone avant sa fermeture totale.

Gérer par la maîtrise foncière

Pour étendre la réserve, l'achat de 22 parcelles d'une surface totale de 6,5 hectares est nécessaire. En l'absence d'autre acteur intéressé, Bretagne vivante se propose de les acquérir. Si certains propriétaires ne souhaitent pas vendre, l'association leur proposera de signer une convention de gestion de leurs terrains.

Le plan de gestion, 2013 à 2023, de la réserve actuelle sera réadapté suite à son extension. Il comprend la restauration et la conservation des milieux, le suivi naturaliste, les actions de communication et l’analyse des données. Par exemple, sur la réserve actuelle, les bénévoles de l'association ont compté, en 2019, plus de 1 300 tiges de gentianes parasitées par un œuf d'Azuré des mouillères. Un chiffre en constante évolution depuis 2004 qui sera certainement conforté par l'extension de la réserve.

Un financement participatif

Bretagne vivante a lancé une campagne de financement participatif. 50% des financements sont issus de cette campagne. L’autre moitié est subventionnée par l'agence de l'eau Loire-Bretagne via l’appel à projets d’accompagnement des plans nationaux d’actions. Le coût prévisionnel des opérations s’élèvent à 39 600 euros. En juillet 2018, après trois mois de campagne, 160 donateurs ont soutenu l'extension de la réserve à hauteur de 10 000 euros. 

Avec la présence de l'Azuré de mouillères, ce site est un des fragiles témoins de l'histoire commune entre l'homme et les landes humides en Bretagne. Notre association souhaite pérenniser et étendre son action sur une surface plus importante. Notre dossier a été monté conjointement par salariés et bénévoles de Bretagne Vivante. Le financement par l'agence de l'eau Loire-Bretagne et nos donateurs nous offre la souplesse dont nous avons besoin pour conduire l'acquisition de parcelles délaissées. Leur potentiel, une fois les milieux restaurés, est très intéressant pour préserver et développer la population d'Azurés.

Derrière une espèce de papillon menacée c'est aussi tout un cortège d'espèces animales et végétales liées aux landes et aux milieux humides qui bénéficiera de ces mesures. Pouvoir les observer encore longtemps dans leur milieu naturel, c'est offrir un émerveillement chaque fois renouvelé.

Nicolas Amieux, bénévole à Bretagne vivante

 

Partager cette page sur :